Chronique Des fleurs pour Zoë de Antonia Kerr

Jean-Marc Brunier Librairie Le Cadran lunaire, Mâcon

Richard, sexagénaire new-yorkais, coureur invétéré de jupons de toutes tailles largué par sa femme après trente-trois années de vie commune, décide de prendre sa retraite… dans un centre gériatrique de luxe à Key West. C’est par le biais d’une petite annonce passée dans un journal qu’il rencontre John-John, avec qui il partagera le trajet jusqu’à Key West. Après de nombreuses péripéties et contre toute attente, ce duo improbable, composé d’un rasta et d’un ancien du Nasdaq, semble s’apprécier. Aussi, c’est tout naturellement que Richard entre dans la famille de John-John. C’est alors que Zoé, l’insatiable Zoé, celle-là même qui semble « indifférente à sa propre beauté » , celle qui se fiche du « regard que les hommes portent sur elle » , entre en scène et que la vie de Richard bascule inexorablement, profondément dans celle de Zoé. À 21 ans, Antonia Kerr signe son premier roman. Et comment ne pas voir dans ses thématiques – le burlesque, un certain style, l’humour… – un hommage au grand Philip Roth ?

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@