Entretien Le Temps, le temps de Martin Suter

Jean-Marc Brunier Librairie Le Cadran lunaire (Mâcon)

Martin Suter abandonne Allmen, son personnage de détective, à ses tribulations fictives – en tout cas temporairement – et revient à la veine qui caractérisait les surprenants Small World, La Face cachée de la Lune et autres magnifiques romans. Les ingrédients qui font de ce Suisse d’expression allemande un écrivain inclassable et si plaisant à lire se trouvent réunis dans Le Temps, le temps. Du grand Martin Suter.

Un Martin Suter grand cru, c’est d’abord une bonne histoire servie par une écriture précise et riche en détails, assortie d’un sens aigu de l’observation, d’une documentation solide et étayée, et d’une intrigue qui ménage d’abondantes surprises. Tout est là, dès la première phrase : « Quelque chose n’était pas pareil, mais il ne savait pas quoi. » « Il », c’est Peter Taler, quarantenaire dont la femme a été assassinée un an auparavant, que l’on découvre debout à sa fenêtre, occupé à observer le quartier et son voisinage. Quelque 300 pages plus loin, vous saurez tout de cet énigmatique personnage, de son étrange voisin Knupp, du pourquoi et du comment sa femme est morte… et je ne vous dirai rien ! 300 pages plus loin, vous n’ignorerez plus rien des raisons qui poussent Taler à tenter désespérément de retenir le temps qui passe inexorablement ; voire de l’abolir. Et vous saurez pourquoi ces 300 pages sont si surprenantes de sérieux, de drôlerie, de noirceur, de burlesque, pourquoi elles sont à ce point bizarres et haletantes. Au terme de ces 300 pages, vous vous direz in petto : « Avec Martin Suter, je ne perds pas mon temps ! »

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE CET ENTRETIEN EN PAGE 98 DU N° 160 DE VOTRE REVUE PAGE DES LIBRAIRES 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@