Chronique Mon imagier après la tempête de Éric Veillé

Gwendal Oulés Librairie Récréalivres (Le Mans)

Sur la couverture de Mon imagier après la tempête, un lion fait la gueule, contrarié par le coup de vent qui a décoiffé sa ravissante crinière. Tout ou presque est dans son regard, où l’on perçoit immédiatement la qualité du ton et de l’humour d’Éric Veillé. À partir d’un système simple, qui met en vis-à-vis sur chaque double page une même série d’objets, d’animaux ou de personnages, l’auteur-illustrateur donne à voir en creux un événement. Car de gauche à droite, il s’est produit quelque chose qui aura perturbé le joli ordonnancement qui prévaut dans les imagiers classiques. Cet avant/après a des conséquences diverses, aussi bien sur l’ordre, que sur la nature et donc la légende des représentations. La notion temporelle, si complexe à appréhender pour les petits, est abordée ici avec un brio confondant. Chaque séquence est traitée avec fantaisie et style, dans une mise en page impeccable où le trait de l’auteur fait toujours mouche. Tant d’intelligence dans un si petit livre, c’est rare !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@