Chronique Les Indésirables de Diane Ducret

NULL

Véronique Bagarry Librairie Points communs (Villejuif)

Diane Ducret, auteure de Femmes de dictateur (Pocket), signe ici un roman que vous n’êtes pas près d’oublier. Nous sommes en mai 1940, à Paris. Nombre d’Allemands ont fui l’Allemagne Nazie pour venir au pays des droits de l’homme, juifs ou aryens opposés à Hitler.

Le 12 mai 1940, le général Gouverneur de Paris décrète que ces réfugiés politiques sont des « indésirables » et un rassemblement des femmes célibataires sans enfant est organisé au Vélodrome d’hiver. La promiscuité est effroyable. Lise et Eva, deux femmes allemandes issues de milieux différents, se croisent. Une amitié va naître. On les transfèrera au camp de Gurs dans les Pyrénées. Les conditions de vie n’y sont pas meilleures, mais leur amitié est un soutien. Dans le même camp, sont enfermés des Républicains espagnols. Entre les deux communautés, des liens se tissent à distance. Diane Ducret nous décrit peu à peu les portraits de ces femmes « indésirables », parmi lesquelles se trouvent beaucoup d’artistes et d’intellectuelles de la vie parisienne. Elles vont mettre toute leur énergie à rester des femmes malgré la saleté et la peur. Elles vont trouver un moyen original de ne pas sombrer complètement, aidées par le commandant Davergne qui fait entrer un piano dans le camp et permet aux internées de monter un cabaret. Ce roman nous parle de féminité, d’entraide, de maternité, d’amour et bien sûr de stigmatisation et de rejet de l’autre.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@