Chronique Les Grands Cerfs de Claudie Hunzinger

Léopoldine Raynal Librairie des Abbesses (Paris 18e)

Une maison perdue au fond d’une forêt, des affûts, des cerfs que l’on guette et que l’on désire, et une femme, un peu déboussolée et perplexe quant au monde qui l’entoure et la façon dont il tourne. Recluse avec son mari, Palomina se découvre une passion pour les cerfs, ces animaux majestueux dont les bois tombent et renaissent chaque année, messages sereins de la continuité des choses. Elle passe des heures, guidée par Léo, photographe animalier fasciné par ces animaux, à apprendre à les comprendre, les reconnaître, trouver leurs bois tombés, écouter leurs brames… Le temps de ce livre est suspendu, hanté par l’apparition tant attendue d’un cerf. La nature s’y révèle, son dépeuplement aussi. Sans jamais un jugement, une menace ou un discours de remontrance, Claudie Hunzinger réussit à faire entendre le changement que le monde est en train de vivre. Elle nous prend aux tripes et nous fait désespérément réfléchir. On n’en ressort pas indemne.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@