Chronique À bord du Googol de Miquel de Palol

  • Miquel de Palol
  • Traduit du catalan par François-Michel Durazzo
  • Zulma
  • 05/09/2013
  • 432 p., 23.50 €

Hugo Latreille Librairie Nouvelle (Asnières-sur-Seine)

Dans le second tome du Jardin des sept crépuscules, le Catalan Miquel de Palol poursuit sa folie architectonique. Une myriade de romans peuplent ce monument paru en 1989 et pour la première fois publié en France. Merci Zulma.

Un verre de cognac à la main, vous voilà confortablement installé dans un fastueux salon. Entouré des puissants de ce monde, vous êtes à l’abri dans un château recelant une foule de mystères. Dehors, c’est la guerre nucléaire. Il ne vous reste qu’à écouter les histoires de ces hommes pour entrer au sein du Jardin des sept crépuscules, cet immense coup de folie romanesque. Il y a un an, Phrixos le fou (Zulma), premier tome de la série, nous donnait à lire les trois premières des sept journées passées en compagnie de cette communauté sibylline. S’y déployait déjà un labyrinthe déroutant de récits, qui nous attirait imperceptiblement vers l’intrigue centrale, celle par laquelle l’apocalypse arriva : l’histoire de la toute puissante banque Mir, en proie à une lutte de succession sans pitié, et de l’inestimable pierre précieuse qu’elle protège. Tapi dans l’ombre, l’insaisissable Oméga semblait tirer le moindre fil narratif. Aujourd’hui, et pour deux jours, les histoires reprennent, s’entremêlent, échafaudent peu à peu un hyper-roman d’une portée inouïe, qui s’achèvera en 2014 avec la publication du dernier volet, La Tête d’Orion. Les orateurs nous embarquent cette fois à bord du Googol, navire ultra sophistiqué commandé par l’Institut, un nébuleux service d’espionnage. Une chasse aux pirates maniant des sabres laser, une secte proposant à ses membres des façons toujours plus innovantes de se tuer, de complexes manipulations politiques, des fulgurances philosophiques, des revirements ébouriffants, de la poésie, du cul… Et cet énigmatique jardin qui s’annonce comme la clef de voûte de l’œuvre. L’imaginaire est sans limite, l’intrication des récits constante, la virtuosité vertigineuse, l’humour omniprésent. Et à chaque instant, le dénouement se dérobe quand il semble à portée. Au lecteur d’accepter d’être malmené, éprouvé, consterné parfois, tant Palol s’amuse à nous égarer dans son dédale dément.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@