Chronique Un été sans les hommes de Siri Hustvedt

  • Siri Hustvedt
  • Traduit de l’anglais (États-Unis)par Christine Le Bœuf
  • Coll. «édition collector»
  • Babel
  • 05/11/2014
  • 224 p., 10 €

Catherine MUGNIER (Imaginaire - 74000 Annecy)

Mia tombe de haut quand son mari Boris lui annonce qu’il souhaite faire une parenthèse dans leur vie de couple. Elle ne tarde pas à découvrir que la pause en question revient à fuir le quotidien avec une collègue française plus jeune. Mais trente ans de vie commune et d’amour partagé ne peuvent s’effacer aussi facilement. Mia sombre dans la folie et est internée en hôpital psychiatrique. Des cas douloureux autour d’elle et le souvenir du suicide de son beau-frère la font pourtant réagir et lui donnent l’énergie pour tenter de maitriser à nouveau sa vie. C’est dans le Minnesota, sa région natale, qu’elle se réfugie au mois d’août. Elle loue une petite maison et sympathise avec sa voisine, jeune mère sous la coupe d’un mari coléreux. Trois générations de femmes se côtoient. C’est un été sans hommes.
Par petites touches délicates, Siri Hustvedt dépeint les différents âges de la femme, de l’adolescence au troisième âge, et le long chemin qu’elles doivent emprunter pour prendre leur destin en main.

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@