Chronique Sara la Noire de Gianni Pirozzi

Antoine TRACOL (Lucioles - 38200 Vienne)

Gianni Pirozzi compose un roman où se mêlent la corruption qui règne au sein de la protection civile, une peinture des quartiers populaires sous la loi des armes, où les taxis ne s’aventurent plus, où la drogue se deale devant des portes d’immeuble tenues par des vendeurs qui sautillent pour se réchauffer. C’est aussi et surtout un roman sur un flic pommé, toujours prêt à s’en jeter un derrière la cravate et qui semble ne pas connaître le sentiment de culpabilité. Dans un Paris noir, où la testostérone, la came et la prostitution occupent la première place, nous suivons l’épopée de Guillermo, insigne sur la poitrine, qui ne se remet pas d’une affaire vieille de plusieurs années, à l’époque où il était en poste en Camargue, région de la Vierge noire, protectrice des gitans. Il s’est aujourd’hui amouraché d’une jeune et belle Marocaine, à qui il a enseigné l’héroïne et les passes dans une chambre miteuse du 18e arrondissement. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’il marche sur les plates-bandes d’une fine équipe qui voudra l’éliminer coûte que coûte. Bienvenu dans un roman qui piétine allègrement le politiquement correct. Sara la noire est librement inspiré d’une nouvelle de Marc Villard, au titre évocateur : « Entrée du diable à Barbèsville ».

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@