Chronique Nanaqui de Benoît Broyart

Fin 1937, Antonin Artaud est arrêté et interné pour trouble à l’ordre public. S’ensuivent alors, pour ce poète toujours au bord de l’abîme, de longs et éprouvants séjours au sein de divers asiles ou maisons de repos pendant les dix dernières années de sa vie. Le plus long eut lieu à Rodez où il sera soumis à une série d’électrochocs qui feront paradoxalement rejaillir son inspiration. Son triomphal retour à Paris sera de courte durée, mais sa légende d’artiste maudit brisé par la folie ne cessera de croître après sa disparition. Les auteurs de cet excellent album ont adopté un point de vue original : orienter leur biographie d’Artaud autour de ses relations compliquées avec les institutions psychiatriques, coupables idéales de sa fin tragique, même si on découvre aussi un artiste si épris d’absolu qu’il en a épuisé presque tous ses amis et s’est plus sûrement encore épuisé lui-même. Une réussite.

Igor Kovaltchouk Librairie Actes Sud (Arles)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@