Chronique L’Odeur du Minotaure de Marion Richez

Virginie Vigouroux Librairie Vivement dimanche (Lyon)

Voici un premier roman aussi troublant qu’envoûtant. La scène d’ouverture est magnifique, elle décrit une enfant qui court vers un pré où sont regroupées des vaches. À première vue, rien d’exceptionnel dans ce tableau. Pourtant, le fait qu’il soit évoqué du point de vue de la petite fille elle-même donne une singulière puissance poétique et narrative à cette première page. Très vite, cependant, la fillette se transforme en une jeune femme menant de brillantes études, avant d’intégrer la haute fonction publique. Mais ce passé qu’elle croyait loin derrière elle la rattrape. Son père est malade, elle doit se rendre à son chevet. À partir de là, l’existence qu’elle s’est construite lui échappe complètement, la jeune femme si sûre d’elle vacille. Une douce folie s’empare du récit, qui grandit de façon inquiétante à mesure que l’intrigue progresse. Marion Richez possède une très jolie plume. Une belle découverte de Sabine Wespieser, une fois de plus !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@