Chronique Chemins de Michèle Lesbre

Virginie Vigouroux Librairie Vivement dimanche (Lyon)

Lire un nouveau roman de Michèle Lesbre, c’est comme retrouver une amie qui nous entraîne dans ses errances. Cette fois, le propos est très clair, annoncé dès le titre : sur quels chemins va-t-elle nous emmener cette fois ?

La scène inaugurale de ce roman est très forte. La narratrice nous raconte sa rencontre avec son père, alors qu’elle est âgée de 3 ans. Elle ne l’a jamais vu et, forcément, cet homme bouleverse sa vie et le duo qu’elle formait jusque-là avec sa mère. Ce père s’impose à elle et elle l’observe avec curiosité, crainte et admiration. Dès la première page, Michèle Lesbre nous dit que c’est sur des chemins intimes qu’elle va nous emmener, ceux du souvenir, de l’enfance. Mais cette quête de la figure paternelle est rythmée par un voyage. La narratrice doit en effet se rendre dans la maison d’amis pour l’entretenir durant leur absence. Le trajet vers la maison donnera lieu à quelques escales bienfaitrices. Le personnage donne l’impression de faire l’école buissonnière, d’être totalement libre. Nous suivons avec gourmandise l’héroïne se libérant de ses entraves. Elle ne respecte aucun itinéraire et en même temps, les suit tous. La destination est connue, mais le parcours devient multiple. Les chemins sont jonchés de rencontres. L’occasion pour l’auteure de brosser une jolie galerie de portraits, des gens que l’on aimerait rencontrer, avec qui on passerait volontiers un peu de temps. La balade est agréable. Le rythme est lent et doux, égrené des souvenirs d’enfance de la fugueuse. Cependant, tous ces détours n’ont qu’un but : la quête du père. En même temps que Michèle Lesbre parle des gens avec générosité, elle montre aussi l’importance des lieux. Sa narratrice est habitée par les endroits qu’elle a connus, ils sont liés à ses souvenirs et aux êtres chers. Ces chemins personnels et buissonniers sont servis par une écriture toujours aussi poétique, empreinte de nostalgie. Un livre pour ceux qui aiment la belle langue et les récits intimistes.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@