Chronique Le Fils de Jo Nesbø

  • Jo Nesbø
  • Traduit du norvégien par Hélène Hervieu
  • Coll. «Coll. « Série noire »»
  • Gallimard
  • 08/10/2015
  • 528 p., 21 €

Martine Coussy Librairie Entre les lignes (Creil)

Dans cet opus, Harry Hole n’est pas présent. Pourtant ses lecteurs ne seront pas déçus. Jo NesbØ nous donne un magnifique thriller bien sombre où brillent quelques étincelles d’humanité.

Cela fait douze ans que Sonny Lofthus est emprisonné dans l’une des prisons de haute sécurité de la région d’Oslo. C’est un prisonnier modèle. Il est aussi le confident, le guérisseur mystique de ses codétenus. Sonny endosse des crimes qu’il n’a pas commis à la place des véritables meurtriers et purge leurs peines en échange de sa dose quotidienne d’héroïne. D’une certaine manière, son attitude lui permet de racheter le péché de son père, un flic corrompu qui s’est suicidé. Mais un jour, lorsqu’un des prisonniers lui avoue qu’il a été manipulé et que son père ne s’est pas suicidé mais qu’on l’a assassiné, il décide de s’évader et de régler ses comptes. Sony va écumer les bas-fonds d’Oslo et mener une traque implacable et sanglante. Il entend bien faire payer ceux qui ont trahi son père et détruit son existence. Quel qu’en soit le prix. Cette histoire de vengeance finira forcément mal. Jusqu’où le mènera cette cavale ? Sur sa route, il croisera deux anges gardiens : Simon Kefas, un vieux policier proche de la retraite, et Martha, qui gère l’asile des toxicos. Le point fort de ce roman, ce sont ces personnages tellement humains. Jo Nesbø signe là un grand roman.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@