Chronique Le courage qu’il faut aux rivières de Emmanuelle Favier

Muriel Gallot Librairie L’Intranquille Plazza (Besançon)

Dans les Balkans, une tradition perdure : pour éviter un destin d’objet domestique ou sexuel, des femmes font le serment de renoncer à être femme, cheveux tondus et bandeaux sur la poitrine. Ainsi, elles peuvent vivre à égalité avec les hommes, sans jamais avoir de vie amoureuse. L’une de ces « vierges jurées », Manushe, vit paisiblement dans son village jusqu’à l’arrivée d’un nouveau travailleur nommé Adrian. Ce personnage charismatique et mystérieux va troubler le quotidien solide et âpre de Manushe et lui rappeler ce qu’est le désir. Ce roman à tiroirs plein de rebondissements fait réfléchir sur l’égalité des sexes et la notion de genre : quelle est l’influence de la société et de la famille sur la construction d’un individu ? La poésie d’Emmanuelle Favier brouille les contours de nos certitudes tandis que la sensualité de sa langue nous ramène dans une réalité vibrante. Ses personnages sont des rivières qui luttent contre le tracé de leur lit.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@