Chronique La Bonne Vie de Matthieu Mégevand

Murielle Gobert Librairie Passerelles (Vienne)

On connaît peu Roger Gilbert-Lecomte, fondateur de la revue Le Grand Jeu, né à l’aube du XXe siècle dans une famille bourgeoise de Reims et mort à Paris quelques décennies plus tard, dans la misère et asservi à toutes sortes d’addictions. Il semble pourtant étonnamment familier à l’auteur qui nous raconte avec empathie ce poète, généreux avec ses amis, ses « phrères » comme ils s’étaient eux-mêmes baptisés, menant « la bonne vie », celle de l’insouciance, du grand mariage avec la littérature, mais aussi celle qui mène à tous les excès et frôle sans cesse la mort. Ce dandy bourré de charme, réfractaire aux dogmes et aux chapelles, fussent-elles surréalistes, posait sur le monde un regard intense, à « se crever les yeux » et cherchait toujours à dépasser l’existence jusqu’au point de rupture. Une vie courte donc, mais en fusion, qui traverse ce roman limpide comme une étoile filante et nous éblouit par son rayonnement et la profondeur de sa quête existentielle.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@