Chronique La Petite de Michèle Halberstadt

MAINDRON GAËLLE, Librairie COIFFARD, Nantes

« J’ai douze ans, et ce soir, je serai morte. […] Je n’ai rien dit à personne. Je ne suis ni abattue ni surexcitée. Je me sens sereine, comme on l’est quand on fait ce qu’on a vraiment envie de faire. Et moi, j’ai envie de disparaître. » Le ton est donné : elle a 12 ans et la vie est devenue trop dure à supporter. Elle est « la petite », celle à qui on ne dit rien parce qu’elle ne comprendrait pas, celle qui s’efface au profit de sa sœur, celle qui aimerait être aimée. Celle qui, en fait, ne sait pas bien s’y prendre avec la vie. Michèle Halberstadt dresse le portrait d’une jeune fille pleine d’une lucidité froide sur la vie et les rapports aux autres. Les étapes de l’enfance peuvent parfois s’avérer de véritables épreuves, il faut les affronter et tenter de ne décevoir personne. Ce roman très fort, presque bouleversant, parle des maux de l’enfance. De la solitude aussi, mais de façon très sobre, très pudique. Décidément une des belles petites claques de cette rentrée.


Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@