Chronique Térébenthine de Carole Fives

Faustine Meyssonnier Librairie Gibert Joseph (Dijon)

Elle a rencontré Luc et Lucie aux Beaux-Arts et depuis, ils se font appeler les térébenthines. Avec ce nouveau roman, l’auteure nous parle d’un sujet qu’elle connaît sur le bout des doigts ayant elle-même été diplômée des Beaux-Arts. Nous suivons dans Térébenthine le parcours artistique de trois étudiants dans les années 2000. Avec talent, Carole Fives nous offre un texte fort qui dresse le portrait au vitriol d’une institution cruelle qui étouffe les aspirations, méprise ses étudiants, écrase les plus faibles sans autre forme de procès et où les femmes artistes sont effacées de l’histoire. La modernité dénigre la peinture mais comme le disait si bien Picasso : « la peinture n’est pas là pour décorer, c’est un instrument de guerre » ! La résistance va alors commencer pour les Térébenthines. À travers ce roman d’apprentissage cruel, Carole Fives délivre un message fort où chacun de nos trois héros choisira un chemin différent pour se réaliser.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@