Chronique Ma mémoire assassine de Kim Young-Ha

  • Kim Young-Ha
  • Traduit du coréen (Corée du Nord) par LIM Yeong-Hee et Mélanie Basnel
  • Picquier Poche
  • 06/04/2017
  • 160 p., 7.50 €

Linda Lompech Librairie Coiffard (Nantes)

Kim Byeong-su est âgé de 70 ans. Depuis quelque temps, la maladie d’Alzheimer lui grignote la mémoire. Alors, pour maintenir son esprit en forme, il prend des cours de poésie. Ancien tueur en série, il aimerait bien reprendre son activité. Mais le temps est compté. Il faut tuer avant de tout oublier. Ce nouveau roman de l’auteur coréen Kim Young-ha traite avec singularité de la solitude d’un vieillard atteint d’Alzheimer. Avec un style sec, des phrases parfois cinglantes, le lecteur entre dans l’esprit ravagé du vieil homme. Ravagé par la maladie mais aussi par une certaine forme de folie. On vit l’urgence de l’action, car la mémoire s’étiole. Mais on sent la pulsion du tueur rodé au crime, net et sans bavure, le sang-froid d’un pro. Aujourd’hui, c’est sa fille adoptive qu’il veut protéger d’un autre amoureux du meurtre. Le roman tournera-t-il au polar ? Quoi qu’il en soit, on découvre avec lui l’enfer de la maladie, lorsqu’on est encore conscient d’être là et déjà plus le même qu’avant.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@