Chronique Les Fleurs précieuses du jardin mystérieux de Itô Jakuchû, Manuela Moscatiello

Linda Lompech Librairie Coiffard (Nantes)

C’est sans doute la modernité du trait et de la technique qui marque en premier lieu la découverte du très beau recueil de peintures d’Itô Jakuchû. Cet artiste japonais ayant vécu à Kyoto au xviiie siècle, adepte du bouddhisme zen après avoir été marchand de légumes, a adopté la technique chinoise de l’estampage pour composer, en négatif, ces tableaux épurés et pleins de poésie. Le noir profond, mat, presque effrayant, magnétique, laisse naître en blanc sur la toile la faune et la flore qui caractérisent la nature japonaise. Il en ressort une atmosphère contemplative, calme, presque mélancolique. Rose de Chine, iris japonais ou millepertuis, flirtent avec un papillon, un escargot ou un scarabée. Ces toiles, très rares, étaient destinées par le peintre japonais à un cercle restreint d’amis lettrés et ont été collectées pour la plupart au sein de collections privées japonaises et occidentales. Les Fleurs précieuses du jardin mystérieux, album qui paraît en cette fin d’année aux éditions Philippe Picquier, appelle à la méditation.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@