Chronique Les Enfants du Cap de Michéle Rowe

Carine David Imbert Librairie Majolire (L’Isle d’Abeau)

Une immersion glaçante dans la culture sud-africaine post-apartheid, où règnent violences, problèmes raciaux et corruption. Tension maximale et suspense omniprésent.

Lorsqu’un meurtre est commis dans un quartier chic du Cap, l’enquête est confiée à Percy Jonas, jeune métisse fraîchement nommée. Elle doit collaborer avec Marge Labuschagne, une psychologue criminelle aujourd’hui retraitée. Tout semble opposer ces deux femmes fortes, courageuses et obstinées, et la coopération paraît difficile au sein d’un système judiciaire rongé par la corruption. Mais les vieilles blessures de chacune vont ressurgir pour finalement les unir. La profondeur, la complexité et l’authenticité de ces deux personnages interpellent immédiatement le lecteur et constituent l’élément majeur de ce polar sociétal. Lectrice assidue de Deon Meyer, j’ai entamé la lecture des Enfants du Cap avec une appréhension immédiatement oubliée, balayée dès les premières pages par l’écriture percutante de Michéle Rowe. Si l’intrigue initiale est plutôt classique, les nombreux rebondissements et le suspense constant nous tiennent en haleine tout au long du livre. Avec ce premier roman, Michéle Rowe compose un polar très réussi, qui laisse présager de nouvelles enquêtes tout aussi passionnantes de Perséphone Jonas. Dépaysement garanti.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@