Chronique Fête des pères de Greg Olear

  • Greg Olear
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Charles Bonnot
  • Coll. «Coll. « Ailleurs »»
  • Cherche midi
  • 02/02/2017
  • 432 p., 19.50 €

Carine David-Imbert Librairie Majolire (L’Isle d’Abeau)

Entre galères professionnelles et deux enfants hyperactifs en bas âge, Josh est totalement dépassé. Il ne manquerait plus que sa femme le trompe pour que le tableau soit complet.

Josh, scénariste malheureux de 37 ans, boucle tant bien que mal les fins de mois en rédigeant des articles pour la presse. Le travail à domicile a ses avantages… surtout lorsqu’il s’agit de s’occuper des enfants. Sorties scolaires, goûters improvisés chez les voisines, réveils intempestifs (à 3 heures du matin), disputes et gros chagrins… le quotidien de Josh est littéralement vampirisé par ses deux (démoniaques) angelots, Maude et Roland, 3 et 5 ans respectivement. Peu aidé par une nounou aussi inefficace qu’irrationnelle, il lutte tant bien que mal pour ne pas perdre le cap, et conserver sa santé mentale. Lorsqu’une amie lui révèle, lors du rituel échange de ragots, la probable infidélité de son épouse Stacy, Josh craque et se met à envisager tous les scénarios possibles. Une incursion réjouissante dans le monde merveilleux d’un jeune père au foyer. L’originalité du roman ? C’est pour une fois à un papa débordé que nous avons affaire. Un récit déjanté et décomplexé, aux airs de guide de survie, qui ne manquera pas de déclencher hochements de tête compréhensifs et éclats de rire chez tous les jeunes parents.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@