Chronique Vers la mer de Anne-Sophie Stefanini

Ce premier roman raconte le voyage de deux femmes, la mère et la fille, au rythme aléatoire d’une vieille voiture, des accidents et des rencontres. Catherine, la mère, a fui à 18 ans une mère atteinte d’une forme précoce d’Alzheimer. Elle sait qu’elle a une chance sur deux d’être elle-même atteinte de cette maladie génétique. Alors elle fuit et se réfugie dans la solitude et le silence, et petit à petit, dans l’enfermement. Laure, sa fille, a grandi dans cette solitude et ne rêve que de voyages, de rivages lointains et d’aventures. Ce voyage aurait dû être pour elles l’occasion de se retrouver, il ne sera en définitive que mensonges. Et malgré les souvenirs qui affleurent à l’esprit de Catherine au fur et à mesure que Nice, sa ville natale, approche, elle reste muette. Le silence l’emporte sur la confidence. Faux retour pour l’une, faux départ pour l’autre ? C’est en tout cas un très beau texte sur la tragédie de cette maladie, la perte des souvenirs, l’oubli et le mensonge (ou les non-dits ?), et un magnifique portrait d’une relation mère-fille.

LESOBRE CLAIRE, Librairie ENTRE LES LIGNES, Creil

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@