Chronique Atlas des reflets célestes de Goran Petrovi?

Guillaume Le Douarin Librairie L’Écume des pages (Paris 6e)

Goran Petrovic est l’un des auteurs serbes les plus brillants de sa génération. Cet ancien bibliothécaire nous avait déjà étonnés avec son premier livre, traduit en français aux éditions du Rocher, Les Soixante-Neuf Tiroirs. Il revient en cette rentrée littéraire avec un livre tout aussi surprenant. Il ne faut pas chercher dans cet Atlas des reflets célestes, publié chez Notabilia, une narration classique et réaliste. Ainsi y figure notamment un groupe de personnages qui décide de remplacer le toit d’une maison par le bleu du ciel. Même si nous sommes déroutés de prime abord, nous nous laissons très vite séduire par une prose d’une grande élégance. Goran Petrovic nous fait passer de l’autre côté du miroir, il nous parle par petits fragments de l’amour, de la mort, du rêve, et surtout de la possibilité d’exister. En lisant ce texte étrange, nous ne pouvons nous empêcher de penser à Borges. Toutefois, Goran Petrovic a son univers bien à lui, fait de poésie et d’espérance. Un texte atypique à lire sans modération !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@