Chronique G.A.V. de Marin Fouqué

Laura Picro Librairie L'Arbre à lettres (Paris)

Un commissariat. Des cellules de garde à vue. Rectangles gris, bancs de béton, vitres en plexiglas, néons blancs. Espaces impersonnels, déshumanisants où convergent des âmes remplies d’amertume : employée dans un entrepôt, dealer, cadre, manifestants. Des existences déçues, moroses. Dans les cages, d’autres cages : celles de l’enfermement sur soi-même, à ressasser les souvenirs, les colères, les regrets, les impuissances et à réfléchir sur les autres prisons, celles du travail, de la société, du harcèlement. Cour des miracles pour les flics, la G.A.V. livre les chroniques des tensions qui traversent un pays : ici se rejouent dans un petit espace tous les dysfonctionnements de la société, les rapports de domination, les mal-êtres qui se confrontent les uns aux autres. Marin Fouqué raconte comme frappe un boxeur : les phrases courtes, brutales, frontales se succèdent en un rythme saccadé. Un roman sur une France fracturée mais qui résiste.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@