Chronique Un parfum de corruption de Zhenyun Liu

  • Zhenyun Liu
  • Traduit du chinois par Geneviève Imbot-Bichet
  • Coll. «Du monde entier»
  • Gallimard
  • 27/02/2020
  • 344 p., 22.50 €

Camille Colas

Cette farce politique en trois actes commence avec un mariage arrangé. Niu Xiaoli dégote pour son frère une fiancée qui semble faire l’affaire moyennant 100°000 yuans de dot. Mais quelques jours après le mariage, celle-ci décampe. Niu Xiaoli part alors sur les traces de l’arnaqueuse. Le roman bascule ainsi dans le road movie à la chinoise et le charme opère très vite. Niu Xiaoli commence par chercher la voleuse au fin fond de la campagne chinoise. Très vite dans l'impasse, elle est repérée par un proxénète dont les clients sont de hauts responsables politiques. Grâce à quelques passes où elle croise notamment un gouverneur provincial, Niu Xiaoli peut ainsi rembourser la dette contractée pour payer la dot. Tels des dominos, les personnages de ce roman, qui en apparence n’ont aucun lien entre eux, vont tomber un à un, entraînant les autres dans leur chute. L’auteur dresse une fresque politique rocambolesque où le sexe, le mensonge et la corruption se côtoient. Mais au-delà de la satire, l’auteur dénonce surtout un système politique aux méthodes douteuses, gangrené à tous les échelons.

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@