Chronique Souvenirs épars de Michel Deutsch

Emmanuel Vacher Librairie Dialogues Théâtre (Lille)

Mai 68 fait du théâtre un art à repenser, à réformer, pour ne pas dire à dépasser. Tandis que des auteurs comme Constantin Stanislavski en appellent à un « Théâtre d’Art » et une réforme de la pratique théâtrale, Michel Deutsch, auteur et metteur en scène né en 1948, va conceptualiser, avec le philosophe Philippe Lacoue-Labarthe (1940-2007), la possibilité même du théâtre. Dans ce livre à deux voix, Souvenirs épars, les deux hommes interrogent le théâtre autant dans sa double acception : théorique et pratique. Ils en appellent à des penseurs comme Heidegger, Rousseau ou encore Hölderlin et à l’œuvre de Brecht pour définir le théâtre comme art. Tandis que d’un point de vue de la pratique, ils interrogent la pertinence de la centralisation théâtrale, en montrant l’impulsion créatrice de la construction de scènes nationales comme celle du Théâtre National de Strasbourg (TNS) et de personnalités comme Jean-Pierre Vincent.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@