Chronique Ludwig et Beethoven de Mikaël Ross

Florence Londeix Librairie Page et Plume (Limoges)

Le titre du biopic de Mikaël Ross avertit d'emblée le lecteur qu'il ne s'agit pas d'une histoire conventionnelle. En effet, nous découvrons le jeune Luddi, comme l’appellent ses frères, lorsqu’il n’a que 7 ans. Son père alcoolique et musicien sans grand avenir sait que son fils possède un talent inné pour la musique. Mais il n'encourage pas pour autant sa créativité comme il veut en faire un pianiste de renom. Beethoven le compositeur va lentement émerger au fil de ses rencontres – Mozart mais surtout Haydn grâce à qui il pourra donner son premier récital – et des joies et peines de la vie – la mort de sa mère le marquera profondément. Les graphismes sont bruts mais rendent bien compte de la rudesse de l’enfance de Beethoven. Il y a toutefois de la légèreté dans ce récit. On suit le parcours d’un jeune homme en construction qui va tomber amoureux, malade, en proie à des peurs et des doutes quant à ses dons de musicien. Mais nous assistons surtout aux moments de sa vie où son génie éclate de façon sublime. C’est là que réside la force des dessins : la musique semble se fondre dans l’image.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@