Chronique Le Bois du rossignol de Stella Gibbons

Stéphanie Banon Librairie Charlemagne (La Seyne-sur-Mer)

Soixante-dix ans après sa découverte en France, Héloïse d’Ormesson édite un texte inédit de Stella Gibbons, poétesse et romancière anglaise.

Le livre relate les aventures amoureuses et familiales de quelques personnages de la jeune bourgeoisie britannique, installés au cœur de la campagne, pendant l’entre-deux-guerres. Viola Wither, veuve d’une vingtaine d’années, est contrainte de s’installer chez sa belle-famille par manque de moyens. C’est alors que Victor Spring, jeune homme très convoité, vient perturber son quotidien en s’intéressant à elle malgré son mariage prévu peu de temps après. Parallèlement, nous suivons les amours de Tina Wither, vieille fille de 36 ans et belle-sœur de Viola, qui vit une relation secrète avec son chauffeur, ainsi que les désirs enfouis de Hetty, cousine de Victor, qui rêve de quitter la campagne pour Londres. Stella Gibbons dépeint remarquablement les mœurs de son époque à travers une galerie de personnages dont les désirs contrariés pimentent le roman. Le regard de l’auteur sur les convenances de l’époque, les rapports sociaux ainsi que les centres d’intérêt et les loisirs de la bourgeoisie, entre garden-party et tournois de tennis, est intelligent et plein d’humour. Le Bois du rossignol fait partie de ces romans un rien désuets, témoins d’une époque, qui se lisent avec grand plaisir.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@