Chronique Le Parfum des fleurs de la nuit de Leïla Slimani

Anne Burzynski Librairie L'Écriture (Vaucresson)

Le temps d’une nuit, Leïla Slimani a été « enfermée » dans la Punta Della Dogana à Venise. Bien que peu sensible à l’art contemporain et peu convaincue que dormir avec les œuvres change quoi que ce soit, elle a accepté de participer à cette expérience unique. Ce qui l’a décidée ? « Que personne ne puisse m’atteindre et que le dehors me soit inaccessible. Être seule dans un lieu dont je ne pourrais pas sortir, où personne ne pourrait entrer. Sans doute est-ce un fantasme de romancier. » Quand on est auteur on doit apprendre à dire non, explique-t-elle. Apprendre à décliner les invitations, à créer une bulle autour de soi pour ne pas être détournée du livre en gestation. C’est le prix à payer pour une liberté immense, presque infinie. Ce récit, émaillé de nombreuses références littéraires, est l’occasion pour l'auteure de nous confier ses rapports à l’écriture, à l’art, au voyage et à la solitude. On voudrait garder chaque phrase comme un trésor tant l’écriture de Leïla Slimani est percutante, directe et sincère. Tant ses mots touchent juste. Bravissimo !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@