Chronique Le Grand Incendie de Samuel Bollendorff

NULL

Nicolas Fargette Librairie L’Atelier (Paris 20e)

Le Grand incendie de Samuel Bollendorff traite d’un sujet pour le moins difficile sous la forme d’un photoreportage. Ce travail fait suite au web-documentaire du même nom réalisé par Samuel Bollendorff et Olivia Colo (le Visa d’or 2014 du festival Visa pour l’image) et diffusé sur la Toile. L’ouvrage s’intéresse aux personnes s’étant immolée, geste aussi violent que hautement politique. Comme le dit l’auteur : « Les médias les traitent comme des faits divers alors que le geste est politique ». L’intelligence de Samuel Bollendorff est d’avoir choisi de photographier les lieux du drame… où ne subsiste jamais aucune trace, ce qui permet au « regardeur » de se représenter la violence sans aucun voyeurisme, sans image choc. L’image, fixe par définition, est parfois accompagnée des mots de la victime, de témoignages et d’une courte biographie permettant de reconstituer une vie derrière le nom d’un homme. Surtout, ces textes ont la vertu de contextualiser cet élan désespéré. Car ici, il s’agit de victimes. Victimes d’une société violente, de management agressif, de travail déshumanisé. Avec ce travail photographique, c’est la société moderne qui est questionnée quant à la responsabilité des institutions, des entreprises ou encore des administrations qui ont toujours tendance à mettre en avant l’état psychique de la victime à travers cet acte de protestation ultime. Un livre important.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@