Chronique Bons temps roulés de Bernard Hermann, préface de Sylvain Tesson

Nicolas Fargette Librairie L’Atelier (Paris 20e)

Parti en 1979 pour quelques mois à la Nouvelle-Orléans, Bernard Hermann y restera finalement jusqu’en 1982. Bons temps roulés nous emmène à la découverte de cette ville qui effraie autant qu’elle fascine. Au cours de ces quatre ans, le photographe parcourra essentiellement les quartiers noirs. Même s’il n’est pas le bienvenu, il ira à la rencontre de ces femmes et de ces hommes qui n’ont de cesse de lutter pour une vie meilleure. Les magnifiques photographies en noir et blanc, dignes des plus grands photographes américains, sont réunies en sept portfolios s’accordant au rythme de la vie et des préoccupations des habitants. Un livre émouvant et sans faux-semblants, avec des passages montrant la dureté de la vie à la Nouvelle-Orléans, mais également des moments de fêtes mémorables où le bonheur impose un instant de paix total, peut-être pour reprendre son souffle et continuer d’y croire. Comme le conseille l’auteur, sirotez un cuba libre et laissez les images vous emporter. L’ouvrage est accompagné d’une compilation de morceaux de musique écoutables sur Internet.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@