Chronique Avant l’avant-garde de Clément Chéroux

Nicolas Fargette Librairie L’Atelier (Paris 20e)

Pas évident de faire le tri dans cette avalanche de parution de livres de photographies en ces périodes de fêtes. Avant l’avant-garde est un des livres les plus étonnants de cette fin d’année 2015. Retour en 1890 et ses photographies amateurs énigmatiques et amusantes.

Alors que la photographie n’avait jusqu’alors d’intérêt que pour les revues scientifiques, est apparue au cours de la dernière décennie du xixe siècle, une forme de photographie ludique dite « récréative ». À partir de 1890, des revues comme Les Récréations photographiques en France, ou Zeitvertreib en Allemagne, rencontrent un vif succès auprès des amateurs éclairés en proposant des exercices ludiques (surimpression, photomontage…) aux résultats drôles et fascinants, comme incruster son portrait sur le corps d’un insecte, faire une photo avec deux personnages en miroir, et autres déformations toutes plus farfelues les unes que les autres. Tout au long de cette période, les inventions improbables telles que le Rigoloscope, le Chariot-polypose, ou encore les objectifs anamorphoses, font le bonheur des joyeux passionnés de détournement d’images photographiques, dignes héritiers des cercles artistiques comme les Incohérents, les Fumistes ou les Hydropathes, qui proposaient des expositions de gens qui ne savaient pas dessiner par exemple. Entre expérience scientifique et farce visuelle, de quoi penser aux surréalistes ou dadaïstes, tels Man Ray, Blumenfeld ou encore Claude Cahun. Mais comme le démontre l’auteur Clément Chéroux, l’Histoire de l’art n’est pas si simple. Dans ce superbe livre, l’historien de la photographie et commissaire de l’exposition « Le troisième œil » présentée à la Maison européenne de la photographie, autour de la photographie Spirit, ou plus récemment de la photographie foraine avec l’exposition « Shoot », tente ici de comprendre l’éventuelle filiation entre les travaux récréatifs de cette période et les œuvres produites par les artistes avant-gardistes trente ans plus tard. Les artistes modernistes des trois premières décennies du xxe siècle sont-ils le résultat des expérimentations récréatives de la fin du xixe siècle ? Ou au contraire ont-ils transformé ce passe-temps ludique en expérimentation créative, donc artistique, et non plus simplement récréative ? Ce qui permettrait de mettre en avant l’importance d’images créées quelques décennies avant l’avant-garde… L’ouvrage montre l’évolution de l’intérêt porté aux photographies récréatives, qui naît dans le monde des amateurs, puis leur récupération plus commerciale par la presse, les éditions de cartes postales, ou encore la photographie foraine, avant qu’elles ne soient converties dans des formes artistiques. Pour accompagner cette lecture passionnante, plus de 300 illustrations drôles et poétiques d’auteurs anonymes et à l’imaginaire sans limites, et d’artistes majeurs comme Cartier Bresson, André Kertész, Man Ray ou Bérénice Abbott, sont reproduites pour notre plus grand plaisir. Un livre intelligent et intelligible, riche d’inventions visuelles, qui nous fait traverser 50 ans d’une histoire de la photographie décalée et néanmoins fascinante.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@