Chronique Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura

Giosuè Calaciura n’a pas son pareil pour raconter des histoires. Imaginez deux petits garçons, un voleur, un traître, une prostituée sur la scène d’un théâtre qu’on appellerait Borgo Vecchio, un quartier misérable de Palerme. Mimmo et Cristofaro grandissent dans ce quartier. Mimmo rêve de la jolie Céleste alors que, le soir, Cristofaro tombe sous les coups de son père. Tous aimeraient que Toto, le voleur, sûr de lui et respecté, soit leur père. Un conte dont on imagine difficilement une issue plus terrible mais plus juste. Dans une langue riche et frénétique, c’est une image de l’Italie à la fois belle et violente qu’il nous propose, une région profonde et pleine de contraste. On y parle de l’enfance, de l’innocence, du passage à l’âge adulte qui arrive parfois trop tôt. L’auteur ne nous épargne pas et nous montre également la misère économique, la morale douteuse, la corruption qui gangrène le pays. Un roman court et efficace pour un vrai moment de plaisir.

Judy Manuzzi Librairie Prado Paradis (Marseille)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@