Chronique La Feuille d’or de Kirsten Hall et Matthew Forsythe

Julien GARNIER Formateur ESPE (Laval)

Dès les pages de garde de cet album, nous sommes invités dans un univers sophistiqué et gracieux où des silhouettes d’animaux stylisées sont éparpillées parmi les feuilles et les branches de la forêt. Cet écosystème évolue en fonction des saisons et des phénomènes météorologiques dans une harmonie de couleurs jouant sur les clairs-obscurs. Une feuille d’or va attirer la convoitise du bestiaire forestier. « Subitement, chacun la désire plus que tout au monde. Mais qui réussira à l’attraper ? » La technique de la dorure à la feuille est utilisée dans l’album et participe pleinement à la narration. Le lecteur assiste au trajet du végétal précieux au gré du vent, passant de pattes en museau. Comme un hommage au travail de composition de la peintre Dahlov Ipcar, cette course poursuite se joue dans un décor mordoré et géométrique. Une invitation à observer en silence, à se perdre dans les doubles pages grouillant de détails.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@