Chronique Corps mêlés de Marvin Victor

Par Patricia Mériais-Martin, Librairie Le Porte-Plume (Saint-Malo)

Premier livre d’un jeune artiste haïtien, Corps mêlés est le roman du chaos. Paru un an après le tremblement de terre qui a anéanti Haïti en janvier 2010, il met en scène Ursula Fanon dans un long monologue. La narratrice revisite sa vie et fait surgir de l’ombre les fantômes de sa mère, de ses grands-parents et de sa fille, morte écrasée sous les décombres de son appartement. Cette femme blessée dans sa chair, choquée, marche parmi les ruines de la ville et retrouve Simon, un ami d’enfance qui l’écoute, attentif, plein d’une silencieuse compassion. L’écriture de Marvin Victor est poétique, ample et foisonnante. Corps mêlés plonge au cœur du séisme – « où les ombres du passé l’emportent sur celles du présent » –, ce drame qui a fait trembler son pays et ses habitants. Le roman se fait métaphore pour traduire la violence, la puanteur, le chaos. Les sentiments et l’amour s’expriment au travers des corps morts qui se mêlent à ceux des vivants.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@