Chronique Une fille, qui danse de Julian Barnes

Antoinette Brunier-Roméo Librairie Le Cadran lunaire (Mâcon)

Magnifique portrait d’une génération et d’une jeunesse égarée, Une fille, qui danse est le roman d’un homme au plus près de lui-même, confronté à son passé et à son impuissance face à la fuite du temps. Alors qu’il pensait son existence apaisée, loin des turpitudes de sa jeunesse, Tony, la soixantaine, reçoit un étrange héritage qui le replonge quarante ans auparavant. Dès lors, sa mémoire nous entraîne dans ces années 1960 submergées d’illusions et de frustrations, de grandes théories, de littérature et de poésie, d’histoire d’amitié plus forte que tout. Il dit l’amour et les déceptions, de celles qui conduiront au suicide son meilleur ami. Nous invitant à refaire le chemin à l’envers, Tony dépeint le jeune homme qu’il a été et l’adulte qu’il est devenu. Roman tenu d’un bout à l’autre et remarquablement maîtrisé, Une fille, qui danse est aussi, et avant tout, une réflexion sur nos propres existences, sur nos désillusions, sur ces petits mensonges que l’on se fait à soi-même et qui s’avèrent en définitive insupportables à porter.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@