Chronique Le Cinquième évangile de Ian Caldwell

  • Ian Caldwell
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Hélène Frappat
  • Coll. «Coll. « Actes noirs »»
  • Actes Sud
  • 05/10/2016
  • 528 p., 23.80 €
NULL

Charlyne Drouhard Librairie Lulu (Mornant)

Dix ans de recherches et de rencontres ont été nécessaires à Ian Caldwell pour écrire Le Cinquième Évangile. Personnages insolites, complots, luttes de pouvoir sont au service d’une intrigue à rebondissements.

2004, le Vatican. Alex et Simon sont frères, mais aussi pères de l’Église catholique d’Orient. Cette Église rattachée au Vatican et née de la scission entre catholiques et orthodoxes, autorise le mariage des prêtres. Alex est donc un prêtre marié… dont la femme est partie, et père d’un enfant de 5 ans. Simon, quant à lui, est au service de Jean-Paul II. Alex a récemment aidé Ugo à traduire le Diatessaron, le cinquième Évangile. Ce corpus jusqu’alors inconnu, et pour lequel il prépare une exposition au Vatican, pourrait redonner sa place au suaire de Turin. Lorsqu’Alex reçoit un appel de Simon lui annonçant le meurtre d’Ugo peu avant l’ouverture de l’exposition, il est éberlué. Lorsque son appartement est mis à sac, il est inquiet. Alors Alex part en quête de réponses. D’importants enjeux politico-religieux, teintés de secrets et d’énigmes, font surface. Outre l’intrigue, fascinante en elle-même, ce roman apporte un éclairage instructif sur les textes des religions chrétiennes. C’est aussi une promenade au cœur du Vatican, une exploration de ses règles et coutumes, de la vie quotidienne de ses habitants, de son histoire.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@