Chronique Un soleil sans espoir de Kent Anderson

  • Kent Anderson
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Elsa Maggion
  • Coll. «Calmann-Lévy noir»
  • Calmann-Lévy
  • 31/10/2018
  • 400 p., 22.50 €
NULL

Judy Manuzzy Librairie Prado Paradis (Marseille)

Quatre ans après la sortie de la version française des Chiens de la nuit (Folio policier), mais plus de vingt ans après la version originale, Anderson clôt enfin cette trilogie et se fait le témoin d’une Amérique fracturée. Nous retrouvons Hanson, policier à Oakland, Californie, en 1983. Plus progressiste que certains collègues et en contradiction avec les méthodes de la police blanche, il a du mal à s’intégrer et à se faire apprécier. Sa compassion, son histoire et ses facilités à comprendre la population lui permettent de créer des liens aussi bien avec les jeunes défavorisés qu’avec les plus grands dealers du secteur. Alcoolique, impulsif et hanté par son expérience du Vietnam, il se débat avec ses démons sans tomber dans la caricature. Chacun a sa part d’ombre et la dimension psychologique est comme toujours parfaitement dosée. Une pépite d’émotion et de suspens où le pouvoir, la violence et la douleur se nourrissent des blessures des personnages.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@