Entretien Entretien avec

  • Michel Bussi
  • Coll. «Les Enfants du Nouveau Monde»
  • PKJ
  • 01/10/2020
  • 512 p., 19.90 €

Par Aude Marzin, Librairie Jeux, lis, là ! (Paris)

Un nuage toxique a décimé la terre. Seuls les enfants qui ne l'ont pas respiré, protégés dans le ventre de leur mère, vont survivre. Cela s'est passé voici douze ans. Deux tribus s'opposent : les enfants du Tipi et ceux du Château. Une rencontre pourrait tout changer...

Avez-vous souhaité écrire une dystopie écologique ?

M.B. – C’est vrai que N.É.O. est une saga écologique, mais pas seulement. Les adolescents vont devoir reconstruire un monde nouveau, aussi il y a d’autres dimensions : la citoyenneté, la préservation du patrimoine, mais également la connaissance. D’ailleurs, dans le Château, il y a trois pavillons : les soldats, les savants et les artistes.

 

Pourquoi avez-vous situé votre intrigue à Paris ?

M.B. - Dès que j'ai imaginé cette histoire, elle se déroulait à Paris. D'où l'idée d'opposer, en quelque sorte, la tour Eiffel (transformée en « tipi ») et Le Louvre (devenu un « château ») : deux camps retranchés dans lesquels vivraient des survivants. En visitant Paris, je me suis souvent rendu compte de la magie qu'elle exerçait sur les étrangers. Dans la littérature jeunesse, il y a très souvent du fantastique, de la magie. Je me suis dit que Le Louvre pouvait avoir cette dimension féerique aux yeux des adolescents.

 

Votre intrigue est très bien menée, mais un peu désespérante. La violence des humains est-elle aussi inéluctable ?

M.B. - Je ne pense pas que cette histoire soit désespérante, bien au contraire. Il n'y a pas de bons ni de méchants comme dans beaucoup de sagas. Mon hypothèse était de transformer le monde entier en une cour de récréation avec toutes ses alliances, ses histoires d’amour, ses trahisons, ses héros, plus ou moins populaires. Il y a une grande diversité de personnages et de caractères. Nous sommes à la naissance d'un nouveau monde, aussi il va passer par des rivalités, éventuellement par des guerres ; il y aura des actes héroïques, des sacrifices, de grandes utopies et beaucoup d'optimisme. Et j’espère aussi beaucoup d’amour et d’humour. Les adolescents sont parfois capables de la pire des cruautés, mais également du plus grand amour et du plus grand sacrifice pour leurs amis.

 

Pourquoi avoir divisé ces groupes entre « instruits » et « sauvages » ?

M.B. – L’idée de ce premier tome n’était pas d'écrire un texte manichéen opposant des enfants intelligents à des « petits sauvages ». Il y a beaucoup d'intelligence dans chaque groupe. Les enfants du Tipi et ceux du Château sont très étonnés par les pratiques des autres. Ce que je voulais, c'était mettre un enfant du Tipi en contact direct avec le Château et ses habitants. Grâce aux enfants du Château, il va découvrir la ville et son passé. Il va enfin avoir la signification de tout ce qu'il ignorait. En effet, Zyzo ignorait ce qu'était une vitrine de magasin, une voiture ou une gare. Les habitants du Tipi vivent de légendes et ont réinventé une explication à toutes les choses qu’ils vivaient. Ils vivent dans la nature, en harmonie avec elle, comme pouvaient le faire les peuples primitifs. Dans le groupe du Château, très instruit, les enfants sont les gardiens de certaines valeurs humanistes, artistiques et politiques. On retrouve ainsi cette confrontation de valeurs qui a amené certains peuples à se considérer plus civilisés que les « sauvages » d’autres continents. Nous savons aujourd’hui qu'il n'y a pas de civilisation supérieure aux autres. Cette saga interroge également ce sentiment de supériorité que peuvent éprouver les adolescents.

 

Où est née votre inspiration ?

M.B. - Cette histoire est née il y a très longtemps. Lorsque j'étais adolescent, j'avais cette espèce de fantasme d'imaginer une histoire où la Terre entière serait aux mains des enfants et des ados, sans adultes. Tous les enfants ont 12 ans au début de l'histoire. Il m'a fallu trouver une « astuce » pour qu'il n'y ait plus un seul adulte. Une fois que je l’ai trouvée, je pouvais tout me permettre pour réinventer un univers complet où ce sont les adolescents qui ont le pouvoir.

 

Quand paraîtra la suite ?

M.B. - Le tome 2 devrait sortir en juin 2021. J’ai déjà toute la série en tête. Les héros vont grandir de deux ans entre chaque épisode (qui paraîtront à un an d’intervalle à peu près) ; ils ont 12 ans dans le premier et 18 dans le dernier. Nous allons les voir vieillir et construire ce monde nouveau de N.É.O. J'ai hâte de commencer à écrire le troisième épisode et de connaître les réactions des lecteurs pour ce premier épisode !

 

À propos du livre

Michel Bussi nous livre une dystopie intelligente et intéressante sur le devenir de notre Terre°: et si le pouvoir était entre les mains d’adolescents ? Vous trouvez cette perspective effrayante ? Et si, en fait, il s'agissait de notre salut à tous ? Certains adolescents ayant la connaissance de l'ancien monde et d'autres celle de la nature, leurs observations communes peuvent donner de riches idées pour la reconstruction d'un nouveau monde. Mais pour cela, il faudra que les personnalités et les caractères s'accordent. Nous ne pouvons que vous encourager à découvrir le début d'une saga qui s'annonce riche en rebondissements.

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@