• Bientôt viendront les jours sans toi

    Devenir orphelin de père, même lorsque cela vous arrive à 40 ans, comme c’est le cas pour l’auteur espagnol David Trueba, est une épreuve difficile. C’est ce moment particulier de sa vie que nous relate l’auteur, en passant par le truchement d’un personnage imaginaire, un musicien qu’il nomme Dani Mosca.

  • Dernière journée sur terre

    Après un premier roman très réussi (Famille modèle, Albin Michel et Le Livre de Poche), Eric Puchner revient à ses premières amours, les nouvelles. Ce qui caractérise cet auteur, c’est véritablement son sens du tragi-comique. Les pages défilent et le lecteur ne sait plus s’il doit rire ou être effaré.

  • Douleur

    Au départ, il y a cette douleur vive qui se réveille brutalement, dix ans après l’explosion de ce bus, un matin, en pleine rue, au cœur de Jérusalem. Un attentat suicide. Dix ans qu’Iris a croisé la route de ce bus. Dix ans qu’elle s’est retrouvée projetée dans un mal qui l’a clouée au sol, qu’elle a surmonté peu à peu, au cours de longs mois de convalescence.

  • Eleanor Oliphant va très bien

    On peut dire d’Éléanor Oliphant qu’elle est une solitaire. Elle n’a pas d’amis, la seule personne à qui elle parle au téléphone est sa mère (tous les mercredis), elle ne s’entend pas avec ses collègues et passe ses vendredis soirs et ses week-ends à boire de la vodka seule dans son appartement en attendant le lundi.

  • J'ai couru vers le Nil

    Alaa El Aswany signe un incroyable roman choral sur la révolution qui a déchiré l’Égypte en janvier 2011. Une révolution qui a ébranlé toutes les strates de la société, des ouvriers à l’aristocratie.

  • L’Abattoir de verre

    Il est des livres qui semblent simples, discrets et qui sont en fait d’une clarté éblouissante : en sept textes courts mettant en scène la même femme, Elizabeth Costello – déjà croisée dans l’œuvre de Coetzee –, c’est à la fois la vie, l’amour, l’héritage et la vieillesse que le lecteur embrasse.

  • La Carte du souvenir et de l’espoir

    Il était une fois une jeune fille bousculée par la guerre civile dans la Syrie d’aujourd’hui et une autre parcourant le monde méditerranéen dans les pas d’un maître-cartographe au XIIe siècle.

  • La Femme à part

    Après Attachement féroce, paru en 2017 et qui avait été une vraie révélation, Rivages poursuit la traduction de l’œuvre de Vivian Gornick, critique littéraire et écrivain, véritable icône aux États-Unis où elle est surtout connue pour son travail autobiographique.

  • La Fille au Leica

    De Robert Capa, nous connaissons tous le nom et il est fort probable que chacun d’entre nous ait en tête l’un de ses clichés, croisés ici ou là. On connaît moins le nom de la femme derrière l’homme : Gerda Taro, photo-reporter de génie (à qui pourtant François Maspero consacrait un texte passionnant : L’Ombre d’une photographe, Seuil, 2006).

  • La Fille du cryptographe

    Argentine, années 1970. Miguel Dorvez, jeune homme atteint d’un trouble auditif, devient expert dans le décodage d’énigmes chiffrées. Il crée alors un cercle de cryptographes, bientôt recruté par la dictature militaire. Entre jeux d’énigmes et de pouvoir, Pablo De Santis nous raconte ici sa version de ces années sombres.