• Avant que les ombres s’effacent

    Ce roman est un bonheur de lecture. La famille du docteur Schwarzberg, tribu soudée, maternelle et fraternelle, m’évoque certains personnages des romans d’Isaac Bashevis Singer où l’on se plaît à penser aux siens, aux souvenirs attendris qu’ils nous ont laissés.

  • BettieBook

    Le nouveau roman de Frédéric Ciriez semble au premier abord totalement décousu : un style sec, des paragraphes très courts qui s’enchaînent à toute vitesse, des chapitres qui passent d’un personnage à un autre. Mais en persistant dans sa lecture, nous voyons se dessiner petit à petit un tout, puissant et parfaitement maîtrisé.

  • Bitna, sous le ciel de Séoul

    Séoul et son tumulte urbain, ville apaisée par la magie des histoires racontées, insérées dans le récit. Ville fascinante dans laquelle s’agitent des milliers d’anonymes aux histoires, aux déceptions et aux rêves multiples.

  • Changer l’eau des fleurs

    Entre secrets et révélations, le lecteur reste en haleine dans ce roman si juste, plein de poésie et d’humanité. Une ode à la vie et au bonheur simple.

  • Cosme

    On dit que la poésie peut changer la vie. Elle en a changé au moins une, celle de Cosme Olvera. Ce réfugié espagnol va émigrer au Pays basque Nord et rencontrer le bonheur absolu : Voyelles, le poème le plus célèbre de Rimbaud, va s’offrir à lui et, surtout, il va en comprendre le sens caché.

  • Dans les pas d’Alexandra David-Néel

    Deux écrivains voyageurs férus et fins connaisseurs de l’Orient à la recherche des traces d’Alexandra David-Néel, du Tibet à Digne via la Chine.

  • Derrière le Cirque d’hiver

    Derrière le Cirque d’hiver est la promesse d’une rencontre unique en son genre. Xavier Person, dans ce brillant premier récit, nous offre un voyage intime d’une grande subtilité, où la poésie est distillée avec beaucoup de délicatesse. Une merveilleuse découverte qui laisse des traces et qui interroge.

  • Diên Biên Phù

    Le poète et slameur camerounais Marc Alexandre Oho Bambe confronte, dans un roman d’amour et de guerre éminemment musical, l’intime et le politique pour interroger notre libre-arbitre.

  • Elle voulait juste marcher tout droit

    Alice a 5 ans et habite avec sa nounou Jeanne une ferme à Salies-de-Béarn. Nous sommes en 1943. « C’est parce que c’est la guerre », est l’unique explication qu’elle reçoit sur ce qui se passe autour d’elle. Nous allons la suivre jusqu’en 1947, à Paris, après un séjour incroyable à New York, et nous attacher à cette courageuse fillette qui devra comprendre seule ce que le monde a traversé pendant toutes ces années.

  • Eroïca

    Dès les premiers mots, le lecteur est plongé dans l’univers électrique de Jay, alias Jean-Michel Basquiat, rock-star de la peinture et reflet unique d’une époque. Certain de son talent et de sa nature héroïque, il mène sa vie à la vitesse de la lumière et ignore tout de l’art du compromis.