La Demoiselle du Mas du Roule

Par JEAN-LUC AUBARBIER, Librairie Lire en Majuscule, Sarlat-la-Canéda

En 1885, Henri-Louis Leroux, notaire à Vayres, règne en maître sur les siens. Son fils Charles ayant refusé de prendre sa suite parce qu’il préfère travailler à Paris avec le professeur Pasteur, il reporte son autorité sur sa fille. Méline est tombée amoureuse d’Adrien, un jeune veuf de Varaignes qui a finalement choisi d’aller courir fortune en Inde. Maître Leroux va dès lors imposer à Méline d’épouser Gabriel, le fils du médecin. Selon Luc Ferry, l’invention du mariage d’amour marque le début de l’époque moderne. Corinne Javelaud décrit des personnages en accord avec leur époque. Méline n’est pas une femme en avance sur son temps ; elle accepte le dictat paternel et apprendra à aimer ce mari imposé. Henri, le père autoritaire, et Célia, son épouse soumise, ne sont pas des monstres ; ils veulent le meilleur pour leurs enfants, selon les normes de l’époque. On découvre, aux cotés de Méline, la vie de ces bourgeois-paysans, les premières automobiles, les bains de mer à Royan… Charles jouit bien mal de sa liberté et laisse au mas du Roule un enfant adultérin qu’élèvera sa sœur Méline. Comme partout en France, cet univers rural et traditionnel va voler en éclats avec la Première Guerre mondiale.