Julie Raulet

Comment et pourquoi êtes-vous devenue libraire ?
Quand j’étais petite, je rêvais d’être fermière. Un métier que j’idéalisais puisqu’il consistait dans mon esprit d’enfant à regarder les moutons paître et à manger les tomates que j’aurais fait pousser. Bien loin du métier de libraire ! Avec du recul, j’étais un peu prédestinée à me retrouver au milieu des livres avec un père poète et une mère bibliothécaire, fana des livres jeunesse.
C’est un peu par hasard que je me suis inscrite à une Licence professionnelle Métiers du livre. Je me suis retrouvée sur une liste d’attente, moi qui n’y connaissais rien, à part en littérature du début du XXe siècle. Un peu léger pour devenir une bonne libraire ! Et puis on m’a rappelée. Et tout un monde s’est ouvert à moi ! J’ai eu un excellent libraire qui s’est occupé de ma formation, qui nous a transmis sa passion. Un libraire engagé, un excellent formateur et je l’en remercie tellement aujourd’hui ! Dès les premiers mois, il était évident que c’était devenu une vocation. Aujourd’hui, j’ai fait de mon métier une passion que je vis avec bonheur tous les jours !

Parlez-nous un peu de votre librairie et de votre équipe.
J’ai intégré L’Embellie, une librairie-salon de thé après de nombreux stages et remplacements. Je ne pouvais plus quitter cet endroit magique et son équipe. Je m’occupe des rayons jeunesse, polar et SF. Mais je suis une dévoreuse de livres et tous les rayons y passent. Je suis entourée d’une super équipe : Éloïse, la gérante, et Simon, responsable du rayon BD. Une équipe chaleureuse qui, bien avant moi, a su donné à L’Embellie son ambiance conviviale.

Racontez-nous une anecdote amusante avec un client…
J’ai organisé grâce aux éditions MeMo un concours de vœux. Il fallait écrire un vœu sur un petit bout de papier et le glisser dans une théière. Un petit garçon très timide s’approche et me glisse à l’oreille le vœu pour que je puisse l’écrire : « J’aimerais écouter des histoires pour toujours ! » J’espère tellement que son souhait s’est réalisé !

Quel livre de votre bibliothèque avez-vous rouvert en premier ?
Je ne rouvre que rarement mes livres. Il n’y en a qu’un dont je relis souvent des passages : S’émerveiller de Belinda Cannone paru chez Stock ; le seul livre qui m’ait fait pleurer de bonheur. Un livre que je conseille à tous !

Quel conseil donneriez-vous à nos lecteurs pour ces prochaines semaines un peu spéciales ?
Lisez, aimez et protégez. Trois actions qui en entraînent bien d’autres : penser, se révolter, comprendre, car ce temps de suspension peut être notre chance de tout changer !