Gaëlle Maindron

Comment et pourquoi êtes-vous devenue libraire ?
Je crois que j’ai toujours aimé lire, même si parfois le rythme des études, les lectures imposées m’ont éloigné de ce plaisir. Dans ma famille, une longue lignée de commerçantes, il faut croire que c’est moi qui ai hérité de cet amour pour l’échange, la transmission. Mais libraire, je pensais naïvement que ça n’était pas un métier, que c’était l’accomplissement d’une passion, une sorte de bonbon, de récompense après une dure vie de labeur ! Et puis un jour, une rencontre a tout fait basculer. Ma vie devait changer, je voulais lui trouver un autre chemin. Quelques recherches, une formation inoubliable et voilà ! Je suis devenue libraire, un travail incroyablement riche de rencontres, d’échanges, une curiosité à aiguiser au quotidien, des challenges à relever sans cesse. C’est épuisant, mais j’adore ça.

Parlez-nous un peu de votre librairie et de votre équipe.
François et moi avons repris la librairie Livres in Room il y aura bientôt 6 ans. Une librairie atypique dans un lieu magnifique au nord du Finistère. Saint-Pol-de-Léon est une petite ville de près de 7000 habitants entre la mer et la campagne, les vagues et les choux-fleurs. Ici, les lecteurs sont nombreux, fidèles et engagés pour le commerce indépendant. Nous sommes donc aujourd’hui cinq à oeuvrer dans la librairie. Chacun une spécialité, mais nous touchons tous à tout c’est bien plus intéressant comme ça : François (honneur à la minorité opprimée), Christelle, Fanny, Sterenn et moi, une fine équipe, croyez-moi.

Racontez-nous une anecdote amusante avec un client.
Je ne suis pas très forte sur cette question ! Bien sûr, on entend souvent des choses rigolotes, mais je ne les note pas et j’oublie.

Quel est le premier livre de votre bibliothèque que vous avez ouvert ?
Je ne relis jamais les livres que j’ai aimé, j’ai trop peur d’avoir grandi, d’être devenue plus exigeante, de briser ce doux souvenir. Par contre j’ai un petit garçon de 3 ans, qui lui, adoooore qu’on lui relise les mêmes livres encore et encore et le premier que nous avons ressorti au début du confinement était Cornebidouille, je crois. Quelle rigolade !

Quel serait le conseil que vous aimeriez donner à nos lecteurs pour ces prochaines semaines un peu spéciales ?
De prendre leur temps ! Je ne suis pas originale, mais c’est tellement rare d’avoir du temps pour soi, pour les siens. Nous vivons un moment très paradoxal. Nous souhaitons tous un retour à la normale, la reprise de notre vie et en même temps ce confinement nous offre une parenthèse rare. Alors si vous le pouvez, profitez des quelques rayons de soleil, lisez, écoutez de la musique, jouez ! La vie d’après est pleine d’inconnu, alors prenez tout ce qu’il est possible de prendre maintenant.

Une autre idée de question à laquelle vous aimeriez répondre ?
J’aimerais sans doute pouvoir répondre à cette question que je me pose sans cesse depuis le 15 mars, comment réinventer la librairie demain ? Garder ce lien, ces échanges, cette connivence avec nos clients, de loin ? Il me reste quelques semaines pour trouver la réponse, je vais y arriver !