Mathilde Boudinet

Comment et pourquoi êtes-vous devenue libraire ?
Il était une fois une jeune femme qui jouait avec les chiffres et la gestion. Depuis longtemps, elle voyageait avec Monsieur Littérature pour s’évader. Un jour, son fils lui demande de lui réciter une poésie. Et là, elle tourne les pages et se rend compte qu’elle ne les connaît pas... La vie doit-elle avoir ce sens, à courir et survoler les choses ? Voilà comment j’ai choisi de donner un sens à ma vie. Je suis libraire car j’aime les livres, tous… Romans, albums, BD, essais, beaux livres, mais surtout car j’aime l’humain. Mon métier est avant tout celui d’un passeur. Une personne qui est là pour vous faire rêver, pleurer, rire.

Parlez-nous un peu de votre librairie et de votre équipe.
Notre librairie se nomme La Petite Marchande d’Histoires. Elle vit sous la forme d’une SCOP, car nous souhaitions nous inscrire dans l’économie sociale et solidaire. Je vous le disais en préambule, le rôle de transmission et de partage. Nous sommes deux libraires dans un espace de 120 m2. Située dans un lieu magnifique à Uzerche, en Corrèze, une ancienne papeterie réhabilitée en écoquartier à vocation culturelle, la librairie propose un large choix de livres, des expositions, des ateliers…

Racontez-nous une anecdote amusante avec un client…
Un jour, une dame habituée de la librairie me demande un livre pour une de ses amies. Elle souhaite un livre avec un chat. Je fais le tour des rayons avec elle, lui propose des livres de photos ou documentaires. « Non, je veux un livre où un chat raconte quelque chose, car mon amie parle beaucoup à son chat. » Vous connaissez ce moment de solitude où vous avez beau fouiller dans votre esprit pour trouver le bon livre... Trois quart d’heure plus tard, toujours rien… Je salue la dame qui s’apprête à repartir en m’excusant de ne pas avoir de référence en stock. Et là, la révélation ! Les mémoires d’un chat d'Hiro Arikawa (Actes Sud). La petite dame reviendra quelques jours plus tard me remercier.

Quel livre de votre bibliothèque allez-vous rouvrir en premier ?
Après quelques jours de confinement, l’envie de relire un livre qui me fait du bien s’est présentée. Je me suis penchée, tournée, contorsionnée, et j’ai remis la main sur l’intégrale d’une merveilleuse bande-dessinée. Le jour de son anniversaire, un homme perd son travail, et beaucoup de ses rêves. Il se met en quête d’un nouvel emploi et une nouvelle vie s’offre à lui. La rencontre avec un libraire va bouleverser son existence. Un libraire plein de vie, qui vous conseille un livre et le vin qui va avec. Ce livre fait du bien, il rend l’humanité magnifique : Les gens honnêtes, Gibrat/Durieux/Marmelade, Dupuis.

Quel conseil donneriez-vous à nos lecteurs pour ces prochaines semaines un peu spéciales ?
Pour cette période particulière, nous avons la chance de pouvoir prendre le temps. Nous avons tous des vies dans lesquelles, parfois, nous passons à côté d’évidences. Le confinement est sûrement un instant où il faut s’évader, créer, lire, pâtisser… Prenez le temps de faire le tour de vos bibliothèques, tables de chevet, peut-être même sous votre lit pour certains, et feuilletez, regardez, relisez les livres qui vous entourent. Il n’y a pas de mauvaise lecture !

Une question à laquelle vous aimeriez répondre ?
« Nos librairies indépendantes sont-elles en danger ? »