Julia Lahoz

Comment et pourquoi êtes-vous devenue libraire ?
Beaucoup par hasard et un peu par magie. Mon manque de talent en physique-chimie ayant mis fin à mes brillantes études scientifiques, je me suis tournée vers la littérature, une amie que je venais de rencontrer - car je détestais lire enfant -, et qui me semblait des plus passionnantes. Après quelques années d’errance à la fac, je suis tombée sur un DUT Métiers du livre et du patrimoine dans lequel je suis entrée pour être bibliothécaire et dont je suis sortie libraire ! Je suis plutôt curieuse et j’aime partager. Être libraire allie mes deux passions : je découvre constamment des nouveaux livres et je les partage à mon tour avec les clients, mes collègues et aussi ma famille (qui subit tous mes engouements, parfois excessifs).

Parlez-nous un peu de votre librairie et de votre équipe.
Je travaille à la librairie Sauramps Comédie, au centre de Montpellier. Nous sommes facilement reconnaissables grâce à notre immense verrière, nos multiples étages... Les clients parlent souvent de la librairie comme d’un labyrinthe et notre fonds est assez conséquent. Pour être plus précise, je travaille dans la partie jeunesse qui fut longtemps un magasin à part, Polymômes, mais qui vient d’être réintégré à la librairie. J’adore travailler à Polymômes car on peut toujours s’amuser ! On est comme une famille mais qu’avec de grands enfants. Une de mes responsables m’avait dit qu’elle aimait toujours les libraires jeunesse car on ne grandissait jamais (au sens propre comme au figuré dans mon cas) et qu’on avait le don de s’émerveiller d’à peu près tout. Mon équipe est sans aucun doute la meilleure de toute la librairie (il faut bien le dire !). Nous travaillons, bien-sûr, mais nous rigolons surtout, et nous partageons plein de trouvailles littéraires mais pas que. On nous entend souvent de loin, nous sommes la « team chaos » de la librairie Sauramps (une librairie très sérieuse, tout le monde vous le dira !).

Racontez-nous une anecdote amusante avec un client…
Il y en a tellement… Mais en voici une qui amuse mes collègues !
Un jour, un client m’arrête dans la librairie et me dit : « Hé mais je vous connais! » Je suis plutôt surprise et réponds un très éloquent « Ha bon ? » Et il m’achève avec un : « Bah oui vous travaillez ici ! », puis il part. C’est comme ça que j’ai su que je travaillais « ici ».

Quel livre de votre bibliothèque allez-vous rouvrir en premier ?
J’ai relu Bienvenue Tristesse de Eva Eland (Éditions des Éléphants), parce qu’il me fait du bien et qu’il est bon de se souvenir, en ce moment surtout, que ce n’est pas grave d’être un peu triste. Je le garde toujours à portée de main (juste à côté de son dernier livre Bonjour Bonheur). Je ne sais pas trop si j’aurais le temps de relire quoi que ce soit car ma PAL est vraiment très haute. Je viens de dévorer Et Le désert disparaîtra de Marie Pavlenko (Flammarion Jeunesse) que j’ai adoré ; une bonne lecture de confinement. Un de moins sur la pile !

Quel conseil donneriez-vous à nos lecteurs pour ces prochaines semaines un peu spéciales ?
Profitez de tout ce temps pour relire des livres que vous avez aimés ou que vous n’avez pas aimés. Ce n’était peut-être pas le bon moment, tout est souvent une question de timing. Évitez les livres de cuisine exotique parce que vous n’aurez aucun des ingrédients demandés, vous ne pourrez pas vous les procurer et vous serez frustrés ! Privilégiez les livres d’aventure qui vous feront voyager tout en restant chez vous. Et surtout prenez soin de vous et des vôtres.