Honorine Coubard

Comment et pourquoi êtes-vous devenue libraire ?
Après avoir abandonné l’idée de devenir professeure de français, je me suis tournée vers les métiers du livre et c’est très vite que je me suis penchée vers celui de libraire. D’abord passionnée par les livres, et notamment les livres pour enfants, je souhaitais faire découvrir mes coups de cœur aux enfants et aux adultes, car je pense qu’on peut lire des livres pour enfants à tout âge. L’âge ne doit pas être un réel frein. Ce n’est pas parce qu’on est adulte qu’on n’a plus le droit d’acheter ou de lire un livre pour les plus jeunes. Je voulais défier cette tendance. Et pourquoi libraire plus que bibliothécaire, me direz-vous ? Tout simplement parce que j’aime la vente et le challenge, j’aime me fixer des objectifs au quotidien, j’aime échanger avec les clients. Le contact est, pour moi, différent dans une bibliothèque.

Parlez-nous un peu de votre librairie et de votre équipe.
La librairie Les Cyclades existe depuis plus de quarante ans. Elle a changé d’adresse, de nom et de propriétaires. Elle est gérée par la fille de la précédente gérante (partie à la retraite), depuis quelques années maintenant. C’est une librairie familiale et accueillante qui met un point d’honneur à répondre au plus juste à la demande de ses clients. Bienveillance, humour et bonne humeur au quotidien sont nos maîtres-mots au sein de l’équipe.
Chacun gère un ou plusieurs rayons, notre complémentarité fait notre force. Nous offrons une variété d’activités pour dynamiser la librairie, des rencontres et débats avec des auteurs, des dédicaces, des prix littéraires (adulte et jeunesse) et des ateliers pour enfants.

Racontez-nous une anecdote amusante avec un client.
Un client vient pour acheter un livre dont on lui a parlé, que cette autre personne l’a même acheté ici il y a quelque temps, mais dont il ne se souvient ni du titre ni du nom de l’auteur, et même pas du contenu. Mais ce client nous assure qu’il a été acheté ici et qu’on devrait l’avoir… C’est dans ces moments que nous devenons de vrais détectives. Sherlock Holmes n’a qu’à bien se tenir !

Quel livre de votre bibliothèque allez-vous rouvrir en premier ?
Aucun, je n’ai pas pour habitude de relire des livres lus car il y a tant à découvrir! De plus, n’étant pas chez moi pendant cette période particulière, j’ai préféré emmener de nouvelles lectures, que ce soient de futures parutions ou des reliques de pile à lire.

Quel conseil donneriez-vous à nos lecteurs pour ses prochaines semaines un peu spéciales ?
Lisez ! La lecture est un excellent remède contre l’ennui et la solitude. C’est le moment de lire des livres qui sont depuis longtemps dans vos piles à lire, relisez les livres qui vous ont marqués pendant votre enfance ou dans la vie en général. Ce sera un bon réconfort.

Une question à laquelle vous aimeriez répondre ?
« Si je ne devais emporter qu’un seul livre avec moi, qu’importe l’endroit, lequel ce serait ? »
Ce serait Comme une feuille de thé à Shikoku de Marie-Édith Laval (Le Passeur éditeur et Le Livre de Poche). Un très beau témoignage d’un pèlerinage sur le légendaire chemin sacré du Japon.