Claire Lebreuvaud

Comment et pourquoi êtes-vous devenue libraire ?
Après le bac, j’ai traîné à la fac le temps d’écrire un (amusant) mémoire sur les insultes. Je ne savais pas trop ce que je voulais faire dans la vie, je crois que j’aurais voulu étudier tout le temps mais paraît-il que ce n’est pas raisonnable. Bref, la seule chose dont j’avais envie, c’était d’être proche des livres d’une façon ou d’une autre. J’ai donc passé un DUT Métiers du livre avant de travailler deux années au musée de la Bande Dessinée, à Angoulême. J’ai ensuite connu ma première expérience de libraire à Charleroi, en Belgique, pour le rayon bande dessinée, avant de rejoindre la librairie Anecdotes, à Limoges, pour le rayon jeunesse. J’ai ensuite rejoint l’équipe de la librairie spécialisée jeunesse Rêv’en Pages, toujours à Limoges, et enfin Comptines, à Bordeaux, où je suis depuis 3 ans.

Parlez-nous un peu de votre librairie et de votre équipe.
La librairie Comptines est une librairie spécialisée jeunesse, créée en 1978. Ma patronne actuelle, Nathalie, en est devenue la propriétaire il y a 2 ans, après en avoir été la salariée. Nous sommes une toute petite équipe, il y a donc Nathalie, Agnès, Fanny, qui a terminé son année d’apprentissage (d’ailleurs, amis libraires, si vous cherchez une libraire de qualité…) et moi.

Racontez-nous une anecdote amusante avec un client…
C’était il y a longtemps, mais j’ai toujours gardé cette histoire en tête. Un jour, un garçon d’une huitaine d’années se campe devant moi et me demande où sont les livres sur les Indiens d’Amérique. Je lui indique et lui demande s’il veut de l’aide… Bien mal m’en a pris ! Ce petit garçon était passionné et incollable sur la question, il cherchait un livre sur les Algonquiens de l’Est mais pas les Cheyennes. Il est finalement reparti le sourire aux lèvres et une énorme encyclopédie adulte sous le bras.

Quel livre de votre bibliothèque allez-vous rouvrir en premier ?
Je relis rarement des romans, par contre les bandes dessinées je peux les user jusqu’à la corde sans jamais me lasser. J’ai donc ressorti Gaston Lagaffe et Lucky Luke, ceux que je traîne partout depuis l’enfance, et les BD de Pierre Wazem, Pascal Rabaté, Étienne Davodeau et Catherine Meurisse qui ne me déçoivent jamais.

Quel conseil donneriez-vous à nos lecteurs pour ces prochaines semaines un peu spéciales ?
Allez… il y a un forcément dans vos étagères un livre dont vous avez toujours repoussé la lecture, à vous de le dénicher ! Et gardez en tête tous les livres que vous avez envie de lire quand vous pourrez de nouveau musarder en librairie. (Je vous conseille le très joli Trois jours dans la vie de Paul Cézanne de Mika Biermann, publié chez Anacharsis, et l’indispensable Orwell de Christin et Verdier, aux éditions Dargaud) Et soyez patients ! C’est joli aussi l’attente d’une promesse.