Joachim Floren

Joachim, parlez-nous un peu de vous...

Après une errance en fac d'histoire à Aix-en-Provence, et des études entrecoupées de grèves et d'apéros, j'ai entendu parler d'un I.U.T. Métiers du livre... J'ai toujours eu une appétence pour le livre sous toutes ses formes et c'est tout naturellement que je me suis dirigé vers ce domaine. Même si à la base je comptais m'orienter vers la bibliothèque, après plusieurs stages il m'est apparu inconcevable d'y travailler.

J'ai alors été embauché chez Virgin qui a malheureusement fermé, mais qui a été très formateur. Nous étions une petite équipe et devions donc être curieux de toute la production éditoriale afin de conseiller au mieux nos clients. Dont notamment un qui entrait dans le magasin, et sifflait pour que l'on vienne le servir ! C'était la caricature du « bandit » marseillais qui racontait qu'il était très ami avec Zampa... Mais au final il était très gentil, il n'avait pas forcément les codes ! J'ai eu la chance d'avoir un responsable absolument génial qui m'a donné de précieux conseils de lectures et m'a fait découvrir de merveilleux auteurs américains tels que Jim Thompson, Harry Crews ou encore Christopher Moore. Un monde infini s'ouvrait à moi !

Après la fermeture, je suis entré à la librairie de Provence pour tenir le rayon BD, puis à la librairie des Halles, à Niort, en polar, pour enfin reprendre la librairie du Matoulu, à Melle. Nous sommes trois et nous avons des goûts très différents, ce qui permet d'être représentatifs de la production éditoriale foisonnante. Nous travaillons dans une petite ville très dynamique au niveau culturel et cela permet d'organiser des rencontres avec des auteurs et d'avoir une clientèle assidue et curieuse...

En cette période de confinement je lis du fonds, je comble des lacunes, notamment Et quelque fois j'ai comme une grande idée de Ken Kesey, et quelle claque ! Nous avons tous des livres dans notre bibliothèque à lire ou relire, et si je devais en choisir un, pour la détente, le style, l'humour féroce et ravageur, je relirais Les enquêtes de Jack Taylor de Ken Bruen ! Auteur irlandais fantastique, il a réussi a créer la référence du détective privé hargneux, alcoolique, qui a un réel problème avec l'autorité. Sinon pour les amoureux de Kerouac et Frederic Exley je ne peux que conseiller Idiot wind de Peter Kaldheim chez Delcourt ! Des mémoires d'un looser magnifique qui a tout perdu à New York pour une sombre histoire de cocaïne, et qui prend la route direction le Grand Ouest sans un dollar en poche. Il prend alors le chemin des hobos et côtoie des personnes fabuleuses, laissées pour compte; ils sont tous en quête de rédemption.

En ces temps compliqués, heureusement que la littérature est présente !