La Fabrique de poupées

Dans une atmosphère évoquant les romans de Dickens, une jeune femme rêve de quitter les menus travaux d’une fabrique de poupées pour devenir peintre. Mais, pour prendre son envol, les dangers sont nombreux et l’exaltation amoureuse n’est pas le moindre.

Par MARIE MICHAUD, Librairie Gibert Joseph, Poitiers

Londres, 1850. Une impasse étroite, sombre et sale, quelque part entre le Strand et Covent Garden. On trouve là le magasin de curiosités de Silas Reed, taxidermiste en quête de la pièce hors du commun qui le fera accéder à la notoriété et à la richesse. Quelques pâtés de maisons plus loin, sur Regent Street, Iris et sa sœur Rose travaillent dans le magasin de poupées de Madame Salter. Mais Iris a l’ambition secrète de peindre autre chose que les visages figés de ces poupées de porcelaine. Croisée devant le chantier du majestueux Crystal Palace qui s’apprête à accueillir l’Exposition universelle, Silas se prend d’une passion immodérée et trouble pour la jeune femme, ne l’imaginant pas autrement que réciproque. Mais le destin d’Iris est sur le point de basculer lorsque Louis Frost, peintre lié au mouvement naissant des préraphaélites, lui demande de poser pour l’un de ses tableaux. En devenant modèle, la jeune femme perdra son honorabilité aussi n’accepte-t-elle qu’à la condition qu’il fasse d’elle son élève et l’initie au dessin et à la peinture. Ajoutons à cette situation délicate la jalousie et l’inquiétude de la sœur d’Iris, la frimousse sale mais terriblement attachante du jeune Albie, un wombat nommé Guenièvre, quelques secrets repoussés par les uns et les autres au plus profond de leur mémoire et tout est en place pour que le meilleur et le pire adviennent. La Fabrique de poupées, premier roman d’Elizabeth MacNeal, propose une plongée captivante dans un Londres parfaitement vivant où se côtoient la misère la plus sordide et la bourgeoisie la plus sourcilleuse, les tenants du classicisme et l’originalité d’un renouveau artistique. Chacun des personnages essaie d’accéder à un destin conforme à ses aspirations intimes mais les rêves de certains pourraient bien devenir le cauchemar des autres.

Lu et conseillé par :

  • Librairie Le Porte-plume à Saint-Malo Patricia MÉRIAIS-MARTIN
  • Librairie Privat à Toulouse Carine BASTIÉ
  • Librairie Page et Plume à Limoges Aurélie JANSSENS
  • Librairie Mots en lignes à Courbevoie Tess DELECOUR
  • Librairie Gibert Joseph à Poitiers Marie MICHAUD
  • Librairie Le Matoulu à Melle Lyse MENANTEAU
  • Librairie Ellipses à Toulouse Audrey DUBREUIL
  • Librairie des Arcades à Lons-le-Saunier Marie MANNEVY