Actualités

C’est le week-end !
Lisez !

C’est le week-end, l’été et la fête des Pères ! Allez en librairie, achetez(-vous) des livres !

On commence avec le nouveau roman de David Nicholls, Summer Mélodie (Belfond). « C'est frais, vrai et si bien campé qu'on entre dans cette histoire d'amour adolescente à pieds joints. Les années 1990, la campagne anglaise, les personnages so british, et bien sûr Shakespeare. »

On se réjouit de la parution au Livre de Poche de trois romans de Nuala O’Faolain – L’Histoire de Chicago May, Chimères et Best Love Rosie – « auteure irlandaise majeure. Prétexte parfait pour découvrir ou redécouvrir son œuvre littéraire dans laquelle se côtoient l'Histoire de l'Irlande et celle de femmes indépendantes, portant un regard sur leur vie et leurs choix. »

En poche toujours, du côté des polars, plongez dans La guerre est une ruse de Frédéric Paulin (Folio policier), « 2015. Le terrorisme islamiste frappe Paris, la France, les Français. Et c’est comme si personne n’avait imaginé de telles attaques possibles, comme si elles venaient de nulle part. Or elles viennent du passé, notre passé. Des heures sombres de l’Histoire. C’est elles que Frédéric Paulin interroge dans La guerre est une ruse. Un roman incontournable et inoubliable avec des personnages complexes et magnifiques, et un subtil équilibre entre éléments réels et intrigue romanesque. »

Une BD ensuite, Baume du tigre de Lucie Quéméneur (Delcourt), qui vient de recevoir le prix des étudiants France Culture 2020. « Dans ce subtil roman graphique crayonné en noir et blanc, porteur d’une belle charge émotionnelle, Lucie Quénémer livre une variation délicate autour de l’émancipation, du poids des héritages culturels et de la transmission. »

Ce week-end, du côté de la littérature jeunesse, on s’évade en bande dessinée et on dépasse ses limites avec le dernier roman de Silène Edgar !

Dans Le Serment des lampions (Ryan Andrews, Delcourt) « il n’y a que deux règles : “demi-tour interdit” et “on ne regarde pas en arrière”. La tradition veut que chaque année, pour la fête de l’équinoxe d’automne, des lampions soient déposés par centaines sur la rivière. Cette année, cinq amis décident, en secret, de suivre les lampions jusqu’au bout, bien plus loin qu’ils ne sont jamais allés. Inoubliable ! »

Dans 8848 mètres (Silène Edgar, Casterman) suivez la prouesse de Mallory, une jeune alpiniste qui va gravir le sommet de l'Everest ! « Les risques sanitaires et la précarité des conditions sont assez extrêmes. Mallory supporte assez bien tout cela. En revanche, ce périple au sein d’autres cultures va quelque peu lui faire ouvrir les yeux sur le comportement humain face à la nature. Une prise de conscience révélée par une philosophie de vie qu’elle va découvrir au cours de son exploit. C’est un voyage qui ne pourra la laisser indifférente et bouleversera sa vie entière. »

Bon week-end et bonnes lectures !